Retour

Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

Marseille

A Marseille, entre mer et ciel, à la proue du Vieux port, le fort St Jean attend… d’être enfin rendu à ses habitants, et de redevenir vivant.
Ile dans la ville, cette sentinelle de pierre dans la mer, massive et superbe est sise entre le Vieux port et le nouveau, entre l’antique crique phocéenne et Euromediterranée. Aujourd’hui, cette position géographique et historique du fort s’avère toujours aussi stratégique : Le fort St Jean cristallise l’articulation singulière entre la ville ancienne et celle qui émerge.
Le fort St jean possède un patrimoine exceptionnel de mutation et donne l’occasion de réaffirmer de manière emblématique les origines de Marseille et de manifester sa vitalité culturelle actuelle.
En ce sens c’est une véritable refondation.
Ce magnifique bloc de pierre calcaire est habité par une steppe méditerranéenne âpre et aride qui fait corps avec le socle architectural.
C’est un morceau de calanque et de garrigue totalement ouvert au soleil, au ciel, à la lumière puissante, aux embruns, à tous les temps, comme aux vents, face a l’horizon de la mer.
Ménager le Fort, plutôt que de l’aménager :
ménager les vues, faire le ménage de tout ce qui encombre les terrasses et trouble le regard sur l’horizon, retrouver des espaces généreux susceptibles d’accueillir de nombreux visiteurs, conforter des situations spatiales incroyablement variées et singulières, qui associent étroitement le minéral et le végétal .
Ce site exceptionnel et très complexe du Fort Saint Jean , appelle une intervention extrêmement simple et lisible , claire et économe , ouverte et réversible. Ce lieu si fort, abrite plusieurs milieux riches et fertiles bien qu’il semble si stérile. Aussi , il faut prendre appui sur la dynamique écologique active du site. Elle prend en compte autant l’espace que le temps, celui des jours et des nuits, de l’hiver comme de l’été, les événements, le cours comme le long terme. Car si la durée fonde l’identité même de ce fort si « dur », sa durabilité implique une gestion douce des différents milieux végétaux qui lui sont associés.
En 2013 Les divers espaces « ménagés » en lien avec l’ouverture du Mucem vont accueillir de nouveaux usages, pour constituer des espaces de vie sociale, de mitoyenneté, de citoyenneté et de voisinage.

Date de réalisation :
2010

Surface :
15 000 m2

Coût :
5,7 M € HT

Maître d’ouvrage :
Ministère de la culture

Maître d’oeuvre mandataire :
In Situ Paysages et urbanisme EJalbert A Tardivon

Partenaires :
OGI (BET économiste),

les éclaireurs (éclairagiste),

CAIRN (architectes),

Bertrand Retif (paysagiste),

Marc Bouvier (perspectiviste)